Comment calculer le loyer ?

La location d’un bien immobilier est un moyen de réduire vos coûts au cas où vous seriez temporairement ailleurs mais que vous souhaiteriez conserver votre logement. C’est également un bon moyen de gagner de l’argent si vous êtes prêt à investir dans des propriétés que vous n’allez pas habiter vous-même. Une fois que vous avez trouvé un bon locataire avec lequel vous avez conclu un bon bail, il reste relativement peu de choses à faire. La mise de fonds initiale nécessite toutefois un peu plus d’attention, par exemple pour déterminer un bon prix de location pour le bien.

Système d’évaluation des logements

La meilleure façon d’arriver à un prix de location pour la propriété est d’utiliser le système d’évaluation des propriétés (WWS). Le grand avantage est que, si vous remplissez toutes les informations requises, vous pouvez calculer en ligne le montant de votre loyer de base. Le résultat est un montant réaliste qui ne doit pas être discuté avec les éventuels locataires. Le WWS, par exemple, pose des questions sur la surface, l’étiquette énergétique, les placards, les robinets et les équipements présents. Si vous avez fait de votre mieux pour rendre la maison économe en énergie, cela devrait se traduire par un prix de location plus élevé.

L’énergie tout court

Vous pouvez choisir de rendre les coûts de l’énergie forfaitaires. Cela signifie que le locataire ne doit pas souscrire un contrat d’énergie, mais qu’il vous verse un montant mensuel fixe pour cette énergie. Pour cela, vous devez déterminer un montant mensuel fixe à inclure dans le loyer. Vous pouvez vous baser sur la consommation moyenne d’une famille avec le nombre de membres que votre locataire amène dans le type de bien que vous louez. Vous pouvez vous en faire une idée en entrant ce critère de recherche sur l’un des différents sites de comparaison d’énergie. Vous obtiendrez alors une estimation de vos coûts mensuels auprès des différents fournisseurs d’énergie. Lors de la conclusion d’un contrat d’énergie, il est judicieux de verser une avance un peu plus élevée que les coûts mensuels moyens prévus. Vous incluez ensuite cette avance dans le loyer de la maison, en plus du loyer de base.

Louer en meublé

Si vous louez le bien avec des meubles rembourrés et (partiellement) meublés, vous devez également l’inclure dans le prix de la location. En effet, vous devez tenir compte de l’usure et même d’éventuels défauts qui surviennent et pour lesquels il n’y a pas de preuve de faute. Les amortissements doivent donc être inclus dans le loyer. Pour ce faire, vous devez déterminer la durée de vie d’un meuble (ou d’un revêtement de sol). Vous divisez ensuite la valeur du mobilier par le nombre d’années. Le résultat est l’amortissement annuel du mobilier. Vous divisez ce chiffre par douze pour savoir ce que vous devez ajouter au loyer pour le mobilier.

Doigts mouillés

Le travail au doigt mouillé lors de la fixation d’un loyer comporte le risque qu’il ne tourne pas à votre avantage. Si vous négligez quoi que ce soit, le loyer sera trop bas et vous n’en tirerez pas suffisamment profit. Si vous calculez trop, il sera plus difficile de louer la propriété, bien qu’avec la pénurie actuelle sur le marché, ce ne soit peut-être pas si mal. Mais vous courez le risque qu’un locataire entame une discussion avec vous au sujet du loyer, ce qui peut conduire à des situations indésirables et à la nécessité pour vous de vous engager.

Prêt hypothécaire : éviter de faire estimer son bien par le prêteur
Faire appel à un diagnostiqueur pour traiter un problème de mur humide